Raphaëlle Lacord   Traductrice

Née en 1987 au Luxembourg, Raphaëlle Lacord est traductrice de l’allemand et de l’anglais vers le français. En 2011, elle obtient son Master en littérature comparée à l’université Paris-Sorbonne et travaille ensuite dans des maisons d’édition à Paris (éditions Allia), puis à Berlin (Deutscher Kunstverlag).

En 2015, elle participe au programme Georges-Arthur Goldschmidt pour jeunes traducteurs littéraires, ainsi qu’à l’atelier Transfert théâtral pour traducteurs de théâtre contemporain.

Elle a entre autres traduit des pièces de théâtre, des livres pour la jeunesse, des nouvelles, des livres d’art, des sous-titres et scénarios de films.

Théâtre

Moritz Rinke, Nous aimons et ne savons rien, Paris, L’Arche Éditeur, 2017. (Traduit avec Camille Luscher)

Lutz Hübner, Gretchen 89ff, Talman-Ensemble, 2017.

 

Art

Catalogue des Rencontres d’Arles, Actes Sud, 2015, 2016 et 2017.

Textes de l’exposition du Pavillon luxembourgeois, Biennale de Venise 2017.

Notices d’œuvre pour le catalogue de la collection du Fonds des arts plastiques (FAP) en partenariat avec l’UNIL, 2017.

Articles de la revue Traces, Casino Luxembourg – Forum d’art contemporain, 2017.

Sous-titres des films de l’artiste Cristina Lucas pour l’exposition au Musée d’art moderne du Luxembourg (Mudam), 2016.

Jeunesse

Martin Helg, Champions de foot 1, Zurich, Œuvre suisse des lectures pour la jeunesse, 2017. (Traduit avec Benjamin Pécoud)

Thomas Schoos, Charlotte et Monsieur Hibou, Luxembourg, Éditions Binsfeld, 2017.

Cinéma

Sous-titres pour l’Association Films Plans-Fixes au Journées de Soleure: Ella Maillart, Jacques Chessex et Cornelio Sommaruga, 2017.

Scénario du film Fedora de Jan Gassmann pour la résidence Cinéfondation du Festival de Cannes, 2016.

Nouvelles

Tabea Steiner, «Heidi peut mettre à profit ce qu’elle a appris», Lausanne, revue littéraire Viceversa n° 10, Les éditions d’en bas, 2016.

Ulrike Almut Sandig, Flamingos, dans le cadre du programme Georges-Arthur Goldschmidt pour jeunes traducteurs littéraires, 2015.